Acheter pour louer permet de bénéficier d’un revenu complémentaire non négligeable. Mais allez-vous faire le bon choix ?

1/ L’emplacement est crucial

En fonction du bien et du public auquel vous le destinez (T2 étudiant ou T4 famille) vérifiez  que le quartier est bien desservi par les transports en commun, doté d’infrastructures et à proche des lieux clés (écoles, universités).

2/ Étudiez bien le marché 

Il faut connaitre le taux de logements vacants ainsi que les tarifs pratiqués à la location. Un bien immobilier proposé trop cher sera difficile à louer et ses occupants le quitteront à la première occasion.

3/ Achetez un logement qui vous plaît

« Est-ce que j’aimeriez habiter ici ? » Voila une bonne question. Sachez que vous augmenterez vos chances de trouver facilement preneur, si le logement vous plaît également.

4/ Pas de folie des grandeurs

 Votre « effort mensuel »  doit rester assez faible pour ne pas pénaliser votre capacité de remboursement. Sachez que le prix immobilier au mètre carré des petites surfaces est plus élevé à l’achat, mais aussi à la location.  

5/  Pas tous vos œufs dans le même panier

Pour un même budget, optez pour l’achat de plusieurs petites surfaces dans différents lieux, plutôt qu’un seul bien immobilier. Vous limiterai ainsi les risques d’impayés et de logements vacants.

6/ Fuyez les propositions de rentabilité illusoire

Calculez la rentabilité par vous-même ! Prenez en compte le cout de votre crédit, et le fait qu’un investissement immobilier prend toujours de la valeur à long terme. Petit indice : un rendement de 3 à 4 % par an est très convenable. 

7/ Pensez défiscalisation

Renseignez-vous sur tous les dispositifs de soutien à l’investissement locatif actuellement en vigueur. Par exemple : si vous investissez dans le neuf, pensez la loi Pinel !

8/ Sélectionnez votre locataire

Demandez le maximum de garanties aux locataires afin de percevoir les loyers et donc de sécuriser votre investissement (caution solidaire, fiche de paie etc.).

9/ Mettez votre bien en gestion

Une agence vous déchargera de l’administratif, des visites,  créances etc. Des avantages qui compensent largement les honoraires qu’elle vous demandera : 5 à 10 % des loyers charges comprises  (déductibles de vos revenus fonciers).

10/ N’hésitez pas à souscrire une garantie

Pour 1,5 à 2,5 % de vos loyers, votre assurance permet de couvrir les créances jusqu’à 70 000 € par logement et les détériorations jusqu’à 7 700 €.